RHUM DE MARTINIQUE

Bally, Clément, Depaz, Dillon, Hardy, HSE… autant de marques de rhum qui ont bâti la légende de l’île de la Martinique ! Un terroir de rhum exceptionnel, respecté de tous, une référence incontestable… Ici la tradition privilégie le rhum agricole, élaboré à partir de pur jus de canne frais. De sublimes rhums hors d’âge sommeillent à l’ombre paisible des chais des grandes distilleries, attendant le moment où ils seront exhumés pour apparaître en pleine lumière, lors d’une dégustation. Leur heure de gloire… Voici notre sélection des rhums martiniquais les plus représentatifs de ce terroir d’exception !

Vous avez vu 48 article(s) sur 625

9%

Histoire du rhum de Martinique

Lorsque l’on veut produire du rhum, il faut attacher une attention particulière à l’ingrédient de base à partir duquel on le produit : la canne à sucre. Celle-ci ne pousse pas en effet partout : elle a besoin à la fois de beaucoup de chaleur et d’eau. Ce pourquoi cette plante, originaire de Nouvelle-Guinée, a pu être introduite dans les îles des Antilles par les colons européens. Et parmi ces îles, la Martinique. Elle jouit non seulement d’un climat particulièrement favorable, mais aussi d’une terre riche, qui permet aux cultivateurs d’obtenir d’excellents rendements. Bien vite, des distilleries se sont construites, afin de produire du rhum.

Saint-Pierre devient rapidement la capitale culturelle des Antilles et le port d’exportation du rhum martiniquais vers le vieux continent jusqu'à sa destruction en 1902 par l’éruption de la Montagne Pelée. La Martinique est considérée comme le producteur historique des meilleurs rhums agricoles au monde. Seuls 3% de la production mondiale de rhum est agricole et la Martinique est la seule région à bénéficier de l'AOC, gage de l'excellence de ses rhums. La coutume locale est de prendre le punch dans la ‘baignoire de Joséphine’, véritable ‘jaccuzzi’ naturel sur les fonds blancs de la côte atlantique. L’impératrice Joséphine étant originaire de cette ancienne colonie française.

Les marques de rhum de Martinique

De nombreuses marques existent à la Martinique, en raison des atouts de cette île, décrits ci-dessus. Chacune a contribué à l’essor mondial du rhum AOC Martinique, qui est à l’heure actuelle considéré par les amateurs de cet alcool comme une référence. En voici la liste complète : A1710, Baie des Trésors, Bally, Braud et Quenesson, Clément, Depaz, Dillon, Duquesne, Hardy, HBS, HSE, Héritiers Madkaud, JM, La Favorite, La Mauny, La Salle, Madkaud, Maniba, Neisson, Saint James, Trois Rivières.

Il serait trop long de les présenter toutes ici, mais faisons un point sur les principales...

Bally : vous avez probablement déjà vu cette célèbre bouteille en forme de pyramide ! Cette exploitation, située sur le domaine du Carbet, près de la Montagne Pelée, a été fondée par Jacques Bally, et porte donc son nom.

Clément : la distillerie du Simon élabore les rhums de cette marque incontournable, dont la cuvée Canne Bleue est particulièrement emblématique !

Depaz : cette exploitation s’étendant du bord de mer jusqu’au pied de la Montagne Pelée a joué de malchance, puisqu’elle a été pulvérisée par l’explosion du volcan en 1902. Reconstruite par le seul rescapé de la famille, elle est désormais une figure emblématique de l’île.

HSE : près de Saint-Joseph, dans le domaine de la Maugée, la marque HSE offre un vaste catalogue de rhums vieux, très vieux ou hors d’âge, bénéficiant souvent de finitions particulièrement travaillées.

JM : cette marque exploite toute la richesse d’un terroir volcanique exceptionnel, celui de la montagne Pelée. Au sein du domaine du Fonds Préville, près du Macouba, elle a acquis maintenant une notoriété mondiale.

La Favorite : cette petite distillerie artisanale est l’une des dernières exploitations familiales, artisanales, de l’île. Chacune de ses créations est attendue par une communauté de passionnés.

La Mauny : ce domaine bénéficie d’un terroir particulièrement riche, qui assure un taux de sucre exceptionnellement élevé, livrant des rhums à l’intensité aromatique prononcée.

Neisson : de cette marque, les rhums blancs, en particulier, sont très réputés ! Cette distillerie qui se situe au Carbet maîtrise à merveille l’élaboration des rhums agricoles.

Saint James : cette distillerie située à Sainte-Marie est régulièrement récompensée au Concours Général Agricole de Paris. Un solide gage de qualité !

Trois-Rivières : ancien domaine du surintendant Fouquet, il s’étend aujourd'hui sur 700 hectares et livre de grands crus régulièrement primés au Concours général agricole de Paris.

Quelles sont les caractéristiques des rhums de Martinique?

Le rhum martiniquais se distingue en premier lieu par sa méthode de production « agricole ». Elle consiste à distiller du pur jus de cannes à sucre cultivées sur l’île, contrairement au rhum industriel qui utilise de la mélasse, un liquide brun très épais, obtenu après cuisson du jus de canne, une fois les cristaux de sucre prélevés. Le procédé de distillation - réalisé en colonne - est également un élément distinctif qui fait d’ailleurs partie intégrante du cahier des charges permettant de prétendre à l’AOC, prestigieux label dont la Martinique bénéficie depuis 1996. Enfin, les sols de l’île, volcaniques au nord et argilo-calcaires au sud, offrent une diversité de terroirs importante qui influe sur les productions de chaque distillerie.

Comment est fabriqué le rhum de Martinique et qu'est-ce qui en fait une appellation d'origine contrôlée (AOC) ?

Le rhum de Martinique est fabriqué selon des procédés très précis - énumérés dans le Cahier des charges de l’AOC - et qui doivent obligatoirement être respectés  : le broyage de la canne à sucre pour en extraire le pur jus de canne, la mise en fermentation du jus frais agrémenté de levures, la distillation en colonne de cuivre puis la réduction. Les rhums blanc titrent généralement à 50,° même si des cuvées très spécifiques ont fait évoluer cette « règle » ces dernières années. Les rhums vieux, bénéficiant d’un vieillissement en fûts à l’issue de ces étapes, observent quant à eux un titrage avoisinant généralement les 40°. Là encore, cette indication ne tient pas compte des Bruts de fûts et autres caractéristiques de production devenues de plus en plus courantes. Le Cahier des charges de l’AOC est évidemment bien plus complexe que cela et impose de très nombreuses règles, garantissant la qualité reconnue des rhums martiniquais et la protection de l’identité culturelle liée au Rhum.

Quelles sont les marques ou bouteilles de rhum martiniquais populaires que je devrais découvrir ?

Parmi les rhums emblématiques de la Martinique figure le Clément canne Bleue dont une nouvelle récolte est dévoilée chaque année depuis l’an 2000. On retrouve également le rhum vieux Bally Pyramide, une bouteille mythique qui renferme un jus aux notes fruitées d’agrumes. Le Rhum HSE Porto Finish, médaillé de Bronze 2023 du Concours Général Agricole de Paris, fait également partie des rhums reconnus pour leurs saveurs uniques.

Comment dois-je déguster le rhum pour apprécier pleinement ses arômes et saveurs ?

Pour apprécier la qualité des rhums martiniquais, il suffit de suivre les quelques règles classiques de dégustation : dans un verre à pied de type tulipe ou arôme, l’un comme l’autre connus pour favoriser la concentration des arômes, commencez par observer la robe du rhum, faites-le ensuite tournoyer dans le verre, puis prenez le temps de sentir ses parfums. Délectez-vous d’une petite gorgée et laissez votre palais décrypter la richesse de ses saveurs.

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.