RHUM DE GUADELOUPE

Bellevue, Bologne, Damoiseau, Darboussier, Karukera, Longueteau, Madras, Montebello… Depuis des siècles, ces marques de rhum ont fait de la Guadeloupe une référence incontestable en termes de rhum ! Un climat chaud et humide, un sol volcanique fertile… toutes les conditions étaient réunies pour cela. A l’heure actuelle, la Guadeloupe se partage la suprématie avec la Martinique, ce qui alimente d’ailleurs des débats sans fin dans lesquels nous n’entrerons pas ! Partez à la découverte des meilleurs rhums blancs, ambrés ou hors d’âge de la Guadeloupe, qui tous reflètent la beauté de cette île paradisiaque…

Vous avez vu 48 article(s) sur 317

9%

Histoire du rhum de Guadeloupe


On sait que la canne à sucre requiert à la fois un fort ensoleillement et de grandes quantités d’eau pour ne pas se dessécher sur place. Le climat des Antilles présente la particularité de concilier ces deux impératifs, ce qui explique que la canne ait été introduite dès le 17ème siècle dans cette région par les colons européens. De plus, la Guadeloupe offre deux terroirs bien spécifiques, parfaitement adaptés à la culture de cette plante : la Basse-Terre, humide et volcanique, et la Grande-Terre, sèche et calcaire.

De la distillation du jus de canne fermenté, on obtient le rhum. En Guadeloupe, les distillateurs sont majoritairement restés fidèles à la colonne à distiller en continu qui donne des eaux-de-vie très aromatiques. De nombreuses petites distilleries ont fleuri avant l’arrivée des usines centrales. Finalement, ce territoire français est, avec la Martinique, l’un des plus importants producteurs de rhum agricole au monde, sachant que le rhum agricole ne représente que 3% de la production mondiale de rhum ! La grande qualité des rhums de ces deux îles fait l’unanimité auprès des connaisseurs.

Les marques de rhum de Guadeloupe


Attirées par cette situation exceptionnellement favorable, certaines marques se sont établies sur cette île des Caraïbes. Chaque marque a sa propre approche, ses propres méthodes de fabrication, mais toutes ont concouru au rayonnement mondial du rhum de Guadeloupe. Grâce à leur travail, celui-ci est devenu une référence internationale et trouve un large public de fidèles. En voici la liste exhaustive : Bologne, Damoiseau, Darboussier, Ducarbet, Fajou, Karukera, Longueteau, Montebello, PAP, Reimonenq, Séverin, Simonnet.

Et une présentation des principales d’entre elles…

Bologne : située sur les pentes de la Soufrière, cette distillerie utilise l’eau de source filtrée par les terres volcaniques et produit de véritables chefs d’œuvre.

Damoiseau : la dernière distillerie encore fumante de Grande-Terre figure dans le trio de tête et livre de grands crus régulièrement récompensés par la Médaille d’Or de Paris.

Longueteau : au pied du massif de la Soufrière, cette marque 100% autonome n’utilise que les cannes à sucre provenant de ses propres plantations. Qualité, passion et tradition sont les maîtres-mots de cette Maison.

Montebello : près de Petit Bourg, cette distillerie élabore depuis 1930 de petits bijoux qui doivent à tout prix figurer dans votre collection personnelle !

Reimonenq : située à Sainte-Rose, cette distillerie fondée en 1916 abrite un musée du rhum, un lieu de visite, sinon de pèlerinage, incontournable !

Comme vous le voyez, le choix est vaste… Débouchez l’une de ces bouteilles, et fermez les yeux : le temps d’un verre, vous serez instantanément transporté en Guadeloupe, entre la Grande-Terre et la Basse-Terre !

Quels sont les différents types de rhum produits en Guadeloupe et comment sont-ils fabriqués ?

La Guadeloupe produit deux types de rhum : le rhum agricole et le rhum industriel. Le rhum agricole est produit directement à partir de pur jus de canne à sucre, comme dans les distilleries Longueteau, Reimonenq ou Montebello. Le rhum industriel, également appelé rhum traditionnel, est quant à lui élaboré à partir de mélasse, un liquide brun très épais que l’on obtient après cuisson du jus de canne, une fois les cristaux de sucre prélevés. Darboussier est un excellent exemple de production dite « traditionnelle ».

Quelle est l'histoire du rhum en Guadeloupe et comment celui-ci a-t-il évolué au fil du temps ?

Le rhum de Guadeloupe est intimement lié à l’identité de cette île ainsi qu'à la culture créole guadeloupéenne et ce, depuis l'apparition des premières plantations de canne à sucre. Les rhums guadeloupéens affichent désormais souvent la mention « appellation d'origine protégée », un label garantissant la transformation et l’élaboration du produit concerné dans une zone géographique déterminée. Cette indication est différente de l’AOC, dont seuls les rhums agricoles de Martinique bénéficient depuis 1996, sous réserve que le cahier des charges lié à cette appellation soit strictement respecté. A ce jour, ces îles « sœurs » produisent toutes deux des rhums de très grande qualité.

Quelles sont les distilleries les plus réputées en Guadeloupe et quels types de rhum produisent-elles ?

Il existe de nombreuses distilleries réputées en Guadeloupe. Pour exemple, la distillerie Bologne située à Basse-Terre produit les excellents rhums agricoles Bologne. La distillerie Carrere à Petit-Bourg produit le fameux rhum Montebello. La distillerie Espérance à Capesterre-Belle-Eau représente quant à elle l’excellence de production des punchs et rhums agricoles Longueteau. La distillerie Damoiseau - la plus connue de toutes - se trouve au Moule, à Grand Terre et produit le très célèbre rhum Damoiseau. Pour dernier exemple, la distillerie Reimonenq qui abrite également le Musée du Rhum produit elle aussi des rhums remarquables. Si vous vous rendez sur l’île de Marie-Galante, trois distilleries de renom y sont présentes : la distillerie Bielle de Grand-Bourg, la distillerie Poisson qui produit le rhum du Père Labat et la distillerie Bellevue qui élabore les rhums du même nom.

Comment le rhum de Guadeloupe se distingue-t-il des autres rhums des Caraïbes ?

Le rhum de Guadeloupe se distingue par sa méthode de production et son terroir. Bien que quelques marques isolées élaborent des rhums industriels, le rhum agricole - produit à partir du jus de la canne à sucre et élaboré selon les méthodes ancestrales - domine largement le paysage rhumier ! Son profil présente davantage de finesse et offre un caractère souvent plus sec que celui du rhum industriel, jugé plus « lourd » et plus sucré. De plus, le climat et le sol de la Guadeloupe contribuent à offrir aux rhums guadeloupéens des caractéristiques uniques, directement liées au terroir de cette île.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.